18 mai : Yanque-Patahuasi

Le jour où nous avons failli mourir de faim et ne pas savoir où dormir : cela mérite bien quelques explications.
Nous savions que nous devions franchir un col à 4900 m en partant de 3300 mais, d'après les rendeignements d'Emmanuel, nous devions rencontrer de nombreux villages pour nous restaurer et boire : que nenni, pas le moindre vermissau à se mettre sous la dent.
Au sommet, le mirador des volcans, il y a beaucoup de minibus et des vendeurs d'artisanat : Dominique se lance dans une quête de nourriture auprès des touristes et récolte quelques fruits, barres de céréales mais il n' y a pas grand-chose dans ces vehicules car le repas les attend aux restaurant. Ce qui nous touche le plus, c'est les quelques pains que nous donne des vendeuses d'artisanat quand elles nous ont vus dans l'embarras et pas question de leur donner quelques sols.
Pour le soir, nous pensions faire un bivouac mais le vent très fort nous oblige à trouver un abri et il n'y a rien. Nous sommes obligés de rallonger l'étape pour arriver à Patahuasi, petit village sans lieu pour dormir. Heureusement, il y a un restaurant et le propriétaire accepte que nous installions notre bivouac dans un coin de la salle dès que les derniers clients seront partis et en plus nous mangeons très bien avec des côtes d'alpaca et des pommes de terre farcies.

   
Chivay s'eloigne
   

   



   
coucher de soleil

 jour précédent                 retour accueil                 retour perou-bolivie                       jour suivant