5 février : Villa Santa Lucia-Chaiten
Beaucoup de petites villes de la carretera australe sont installées au bord des rivières ou de lac et pour passer à la vallée suivante généralement, il faut monter.
C'est le cas aujourd'hui et cela va se faire sous la pluie en plus. Plus de 8 km de montées avec une sucession de passages à fort pourcentage. Mon vélo qui pourtant en a vu d'autres, rechigne. Pour le réconforter, je lui chante une petite chanson (pardon Jacques):
" non, Jef, t'es pas tout seul,
  arrêtes de répéter
que tu veux être un pédalo.
Non, Jef , t'es pas tout seul
mais ne fait pas ton cinéma
car il n'y a personne pour te voir
Non, Jef, t"es pas tout seul
viens, il me reste le 22-30
et si c'est pas assez,
il me restera mes pieds"
Et ça marche : je ne marche que deux fois mais la moyenne au sommet n'est que de 7 km/h.
Ce soir, je suis à Chaiten, cette ville recouverte de cendres en 2008 et qui en porte encore les traces car de nombreuses maisons ne sont pas habitées et sont toujours remplies de cendres.
    
Ricardo et Juan Pablo                                                                  Franck d"Annecy         
   
dans Chaiten : tout ce est gris sont des cendres
   

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                 journée suivante