24 février :  chez les Mapuches
Les Mapuches sont les indiens qui habitaient ces régions à cheval sur les Andes avant la colonisation espagnole et on les retrouve aussi au Chili. Ils vivent en petites communautés de 20 à 30 familles avec un habitat très dispersé donc pas de village. Ils utilisent toujours leur langue qui est enseignée à l'école comme je le constate en visitant l'école n° 145 de Carri Lil. Je croyais que toutes les écoles étaient en vacances jusqu'à lundi mais les écoles rurales de montagne ont un calendrier différent et les grandes vacances sont en hiver car les transports scolairess ne fonctionnent pas à cause de la neige.
A noter que la directrice me demande de ne pas photographier leurs enfants car certains Mapuches le refusent et je le constaterai un peu plus tard en voulant photographier l'attelage des boeufs en m'attirant un " no, senor" donc je respecte.
Certaines communautés sont en conflit pour les terres avec les parcs nationaux et des grandes compagnies qui exploitent le pétrole en particulier en allant vers Neuquen mais pas dans la région.
Ils ont un privilège : ce sont les seuls qui ont le droit de cueillir les fruits de cet étrange arbre qu'est le péhuen ou pin araucaria dont les pignons transformés en farine étaient traditionnellement une des bases de leur alimentation.
Quelques pancartes indiquent des lieux où on vend de l'artisanat ou des vêtements en laine mais ce n'est jamais sur le bord des routes malgré que nous soyons dans la saison touristique et il s'agit en général de magasins communautaires : rien de tapageur ou d'"agressif" envers les touristes.

     
paysages
   
étrange décoration du réfectoire de l'école 145
     
entre écoles, on se fête son anniversaire                                                    il écoutait de la musique assis sur un rocher 
   
un autre habitant des lieux                                                                    le lac Roca Choroi
   
avertissement sur la récolte interdite et la vente réglementée des pignons                                                                 un bosquet de péhuens
   
croyez-moi cela pique
   
la communauté passe avant l'individu pour certaines activités
   
les maisons sont toujours isolées et souvent colorées                                        après le passage du scraper, ce n'est pas forcèment meilleur

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                 journée suivante