4 décembre : Azul - Tres Aroyos
A 7 heures, je suis sur le vélo pour une belle partie de manivelles, 211km, avec toujours un vent plutôt favorable et un léger relif parfois : pas de quoi enlever le grand plateau pourtant (le mien ne fait que 44 dents).
Le temps est beau mais se couvre en fin d'après-midi avec la pluie qui fait son apparition et redouble quand je suis à l'abri.
Ayant vu dans lemonde.fr, un article sur les vaches "magnétiques", qui s'orienteraient en fonction des champs magnétiques, je regarde avec attention les troupeaux : rien de probant à part quand elles me regardent passer faute de train (il faut bien passer le temps en vélo).
Dans une station service, je discute un moment avec un vieux monsieur, parlant quelques mots de frnçais, et il m'explique que sa tante française est venu s'installer en Argentine en 1954.
Au fait, les conducteurs argentins sont sympa avec moi pour le moment : souvent un signe de la main ou un petit coup de klaxon et heureusement rien à voir avec la Chine.
   
passge à niveau argentin : ça saute un peu plus                               dis, c'est loin Ushuaia ? Tais-toi, pédales
   
elles vont où ? Elles viennent d'où ?  il n'y a rien autour !                                         serai-je dénoncé comme un animal errant ?

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                  journée suivante