13 janvier : El Chalten- Candellario Mansilla
Au départ, je crains le pire pour cette journée particulière car les cinq premiers kilomètres sur la piste très caillouteuse avec un vent soufflant en rafales sont très difficiles.
Ensuite, les arbres et la vallée qui se resserre fournissent un peu d'abri et en plus la piste s'améliore : les 37 km sont donc l'occasion d'une belle randonnée dans des paysages superbes en suivant un rio.
Je fais la traversée du lago del désierto en bateau : le prix est pour l'aller-retour mais ceux qui font que l'aller pour passer au Chili doivent payer le même prix et j'ai même un supplément pour le vélo. Il est d'ailleurs courant que pour acccéder aux sites et aux parcs les étrangers payent plus chers que les argentins parfois le plus du double.
La question se pose : traverser la frontière ce soir avec les 7 km très difficiles ou planter la tente et partir demain.
Des cyclos suisses viennent de passer et me confirment les difficultés mais m'indiquent que l'on peut faire prendre les bagages par un Chilien, Ricardo, et ses chevaux..
Par chance, il n'est pas reparti et nous faisons affaire : je dois récupérer mes bagages à sa maison, 1km après le poste frontière chilien et je ne pense même pas à demander comment je vais la reconnaitre.
Il me faut deux heures et demi pour les 7 km sur un sentier parfois large de 40 cm et profond de 50, des troncs d'arbres en travers, des passages de rivières acrobatiques, des taons très virulents et bien sur cela monte et descend avec de gros pourcentages. Je n'ose pas imaginer comment j'aurai fait avec les sacoches, sans doute plusieurs aller-retour et heureusement, il ne pleut pas.
Ensuite, il me reste 18 km souvent cyclables et plutôt descendant pour rejoindre le poste chilien.
Je retrouve Eva et cédric qui sont venus de El Chalten à pied par la montagne et sont épuisés.
Trouver Ricardo ne pose aucun problème car il n'y a qu'une seule maison où on peut camper, se loger et manger : la salle de bains est celle de la famille pour les 8 personnes qui vont faire la traversée demain vers Villa O'Higgins.

     
le ripio au départ d'El Chalten
   
Erik un hollandais                                                                                          les truites me faisaient la fête en sautant hors de l'eau
   
Le Fitz Roy                                                                                  petite chapelle perdue
   
l'embarcadère et le lac del desierto
   
encore le Fitz Roy                                                                                             soumis aux embruns
   
une rude montée pour commencer et là les sacoches ne passent pas
   
Ricardo me dépasse avec mes sacoches                                                             cela s'appelle un pont : j'ai failli tomber à l'eau
   
Quelques obstacles naturels                                                                                      le panneau salvateur
   
celui là est presque bien                                                      le " lago O'Higgins "

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                 journée suivante