5 juin : Santiago
Voilè, c'est fait : je reçois la 4ième injection contre la rage à l'hôpital de l'Université Catholique.
Je continue de découvrir Santiago même si le roi d'Espagne m'empêche de m'approcher de La Moneda (le palais de l'Elysée chilien) et si le musée précolombien est fermé pour restructuration.
Cele me fait faire une rencontre car j'entre dans le musée d'Histoire du Chili et je rencontre Maria-Soledad. Il s'agit d'une enseignante d'une école de la banlieue qui accompagne des élèves. Nous bavardons et elle m'invite à prendre un café chez elle : je repars donc avec le bus  et elle me ramènera  à mon hôtel après trois heures de discussion sur le Chili et la France.

   
dans les rues de Santiago : on peut recharger son téléphone portable auprès du petit chaperon rouge
   
de la verdure et de fleurs
   
Gabriela Mistral pédagogue prix nobel de littérature en 1945 et Pedro de Valdivia, fondateur de Santiago en 1540
   
hommage aux indiens                                                                  deux symboles souvent associés
   
la circulation n'est pas toujours facile                                                                           Maria-Soledad et ses élèves

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                 journée suivante