21 et 22 mai : Antofaqasta
Un grand port du Nord du Chili qui ser pour l'exportation des ressources minières, en particulier du cuivre.
Une ville de constrates aussi avec des centres commerciaux luxueux, de grands hôtels près du port et des quartiers populaires qui montent sur les montagnes complètement désertiques.
Le lundi 23 est férié : le Chili commémore la bataille navale d'Iquique gagnée sur le Pérou et la Bolivie qui permit l'annexion du Nord du Chili et priva la Bolivie de son accès à la mer.
Je rencontre dans la rue Dorila qui me demande si le marché couvert est ouvert et de fil en aiguille me racpnte son histoire. Originaire de Santiago, elle se marie à Punta Arenas avant d'être répudiée car elle ne peut pas avoir d'enfant. Elle s'exile à Salta (Argentine) au coup d'état militaire de Pinochet pendant trente ans. Elle y travaille comme femme de ménage mais elle ouvre rapidement un petit commerce. Elle y retourne tous les six mois pour toucher sa retraite et ramener des marchandises argentines qu'elle vend à Antofogasta : Dorila a 85 ans.
Les murs racontent aussi des histoires : celle de Camila Verdejo Contreras victime d'un chauffard ou de Carolina Arias Gonzalez victimes de mauvais traitements dans sa famille.

   

   
la cérémonie militaire
   

   
Dorila et Camila
   
Carolina
   
la vieille grue venue d'Angleterre
   
à l'assaut des montagnes pelées et l'océan Pacifique
   
Décorations murales
   
dans le quartier historique
   
hommage au cuivre
   

   
la cathédrale San José et une réplique de Big Ben
   
 à la périphérie                                                                                         ruine de l'usine de raffinage de l'argent au début du 20ième siècle

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                 journée suivante