20 mars : le train pour Constitucion
Constitucion est une petite ville sur le Pacifique à l'embouchurz du rio Maule et est reliée à Talca par une voie ferre etroite. Le parcours dans la vallée de Maule est, parait-il, magnifique.
Le train du matin part à 7h15 mais mon hôtel est près de la gare et le gardien me fait mon petit-déjeuner à 6h 30.
Je suis largement dans les temps et en plus il va avoir 1h 30 de retard. J'ai tout le temps de voir les destructions de la gare et de voir partir un autre train avec de charmantes hôtesses. Je remarque aussi une dame consultant un guide et ne faisant pas couleur locale, ni américaine : gagné, c'est Francine, une française qui vient d'arriver à Talca, où sa plus jeune fille termine un stage. Elles vont ensuite faire un voyage vers le sud en particulier. Nous allons passer la journée ensemble.
Notre train arrive enfin mais dans celui-là pas d'hôtesses.
Imaginez le petit train des Pignes entre Digne et Nice (je ne sais même pas s'il existe toujours)  mais en beaucoup plus rustique. Son intérêt n'est pas que touristique mais sert toujours de lien entre des hameaux de la vallée. Les locaux le prennent donc pour aller vendre du raisin à Constitucion, y  faire des courses ou pour aller à la chasse. Le train s'arrête parfois en rase campagne sans une seule maison en vue et sur un simple signe de celui qui veut le prendre.
Il circule au milieu d'une végétation parfois assez dense qui frotte des deux côtés sur le train avec parfois des moutons ou des vaches sur la voie.
Il permet de découvrir la superbe vallée de Maule avec ses cultures maraîchères et ses vignes avant de traverser la cordillère de la côte.
Cela ne va pas très vite, 3h pour les 88km mais le plaisir des yeux est là.
Nous avons le temps de traverser le marché, d'y manger avant d'aller se promener sur la plage du Pacifique. La ville est en plein travaux après avoir souffert essentiellement du tsunami qui a suivi le tremblement de terre du 27 février 2010. Nous bavardons avec une dame qui était présente ce jour-là mais qui n"a pas vu les vagues car elle était en train de monter dans les collines : la 3ième vague fut la plus meurtrière. Elle regrette aussi que les plus démunis ne peuvent pas reconstruire leur maison au même endroit contrairement aux plus riches.
Nous revenons par le train du soir et c'est une journée bien remplie.

     
la gare inutile de Talca                                                             le train pour Constitucion
   
des serres à structure en bois                                              il ne faut pas sortir la tête
   
des vignes
   
un hamaeau et on replonge dans la végétation
   
on attend le train
   
paysages
   

   
dans la gare de Gonzalos Bastias
   
Constitucion et les vagues du Pacifique
   
barques                                                                dans le train au retour
   
Francine

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                 journée suivante