30 juillet au 1er août : Le retour
Cela commence en camionnette pour aller à l'aéroport de Quito, le nouveau qui est situé à plus d'une heure du centre de Quito.
Au guichet de KLM, il faut discuter un moment pour le montant de la surtaxe pour le vélo : ils veulent 224 dollars par carton et je soutiens que le prix est de 112$ et après une demi-heure de palabres, je gagne.
Dans la salle d'embarquement,  j'entends prononcer nos noms parmi d 'autres : la police équatorienne veut contrôler des bagages, le carton pour Jean-Yves et le sac pour moi. On nous emmène donc vers les sous-sols et il faut de nouveau repasser par les  : enlever la ceinture, la montre, sortir l'ordinateur, l'appareil-photo, le téléphone et la bouteille de "canalezo" que je viens d'acheter en duty-free.
A Guayaquil, nous devons descendre malgré que nous ne changeons pas d'avion : encore un passage au partique et dans la salle d'embarquement des chiens reniflent tous les bagages pour la recherche de drogue.
Un vol sans histoire mais nous ne rattrapont pas le retard pris au départ de Quito.
Et bien sur , à Amsterdam, nous repassons par le portique et le contrôleur me prend ma bouteille au motif qu'elle n'a pas été achetée en Europe. Mes protestations ne changent rien à l'affaire et je lui souhaite bien du plaisir en la buvant : il la jette d'un geste rageur dans la poubelle.



  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud