1er juin : Ocros - Ayacucho
latitude   13°09,55' S    longitude  74°13,59'W   altitude 2760 m
13 km en 2 h 03' soit une moyenne de 6,1 km/h  et 87 km en voiture.
Le rapport qualité-prix de l'hospedaje est mauvais, par contre celui du restaurant avec des jeunes sympathiques est très bon aussi bien pour le souper que le petit-déjeuner.
Il nous reste 22km à parcourir dans le chantier avec un fort dénivelé.
D'abord la boue, provoquée par un arrosage pour éviter la poussière nous ralentit fortement et remplie les garde-boues : nous devons nous arrêter tous les kilomètres pour dégager les bases du cadre.
Plus grave, le dérailleur de Jean-Yves casse et malgré un essai en le supprimant, nous ne pouvons plus avancer.
Nous attendons que la route soit réouverte entre 12h et 13h30 pour espérer trouver un véhicule (bus, micro, camio, 4-4, ...) pour nous emmener à Ayacucho.
Le premier est le bon : un 4-4 de luxe conduit par Juan nous charge avec tout notre équipement.
Dès notre arrivée, nous nous mettons à la recherche d'un vélociste : celui indiqué par l'hôtelier laisse Jean-Yves très sceptique sur la qualité du matériel et du montage. On laisse quand même le vélo mais on continue nos recherches et avec profit : on découvre un dérailleur déore LX et un mécano compétent qui fait le travail de suite. La suite du voyage est donc assurée.

   
la cuisine est dans la salle : restaurant recommandé mais peu de touristes s'arrêtent à Ocros
   
il faut aller en haut                                                              maisons en pierres pas en adobe : c'est rare
   
la route mouillée et ses conséquences
   
le mécano au travail mais cela ne va pas marcher                                               nous avons fait quelques lacets

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                 journée suivante