8 mai : Puno
  Enfin nous découvrons les îles flottantes du lac Titicaca à Uros près de Puno.
Bien sur, les communautés Aymara qui sont sur ces îles vivent à 70% du tourisme et à 30% de la pêche.
Au point d'entrée, des Uros indiquent à chaque bateau à quelle île il doit se rendre pour établir une répartition équitable des ressources du tourisme entre chaque communauté.
Le chef de l'île où nous débarquons nous explique comment est faite une île : il faut d'abord couper des blocs dans les racines des roseaux (totora), blocs qui flottent. On les ramène ensuite au lieu de construction et ils sont liés les uns aux autres par des cordes avant d'être recouverts de plusieurs couches de Totora croisées. Les maisons sont alors construites et le chef ajoute, avec beaucoup d'humour, "il ne faut pas oublier deux choses : l'île doit être ancrée car sinon on se retrouve en Bolivie et nous n'avons de passeport, et il faut mettre des pierres où on installe la cuisine car les roseaux brulent".
Nous continuons notre journée de "tamalous" en montant les 621 marches pour accéder au mirador del condor.

   
vue de Puno                                                                    entrée dans le massif de Totora
   
et la saison touristique commence à peine !!!                                                                            le point d'accueil qui fait la répartition
   
ancien habitat qui résiste à la pluie et à la neige                                                                on nous attend sur notre île
   
le chef met en place les différents éléments
   
voilà, nous savons tout                                                                        
   
                                                                                                          une petite chanson pour notre départ "gentille alouette" !!!!
   

   
on utilise des bateaux très différents pour aller d'une île à une autre
   
la vie quotidienne
   
une maison finie et les autres sont en attente                                                            on squatte la rue pour la match de volley
   
pas de complexes : tout le monde joue                                                                                sur le marché
   
le mais noir qui sert pour fabriquer la "chicha"                                                                Que mange Jean-Yves ?
   
une pomme de terre farcie, ouverte sur la photo                                                  un joli uniforme .............
   
et quelques autres

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                 journée suivante