Le voyage du 13 mars au 17 mars

Cela fait long mais le premier départ a lieu à Aix en TGV.

   
Avec Marianne et Héléna (photo de Louis 4 ans et demi)                                              avec Héléna, Louis et les bagages

Une anecdote et une information : j'avais fait un carton pour le vélo trop grand et donc il dépassait du compartiment bagage. J'attendais le passage du contrôleur avec une petite appréhension mais de toute façon il n'allait pas me mettre dehors.
Ce n'est pas la taille qui le gêna : il m'informa qu'en période de vigilance rouge les cartons étaient interdits à la SNCF.
Etant lui-aussi cycliste, cela ne posa aucun problème et Jean-Yves me récupera à l'heure à Marne la vallée et les routes étaient praticables.

Le deuxième départ a lieu le samedi 16 à 10 heures ; des amis de Jean-Yves nous accompagnent à l'aéroport

   
Nous allons de l'autre côté de la terre                                                                c'est parti

Une bonne surprise : Gilbert et Gérard, deux anciens du Paris-Pékin viennent nous saluer. La surprise, ce n'est pas leur présence mais le fait qu'ils soient en vélo. Le premier vient de Paris et le second de Sceau au sud de Paris : leur présence est remarquée dans l'aérogare.

   
Gilbert et Gérard avec leurs montures

Un premier vol sans histoire jusqu"à Barcelone. Jean-Yves, toujours prudent, me propose d'aller voir si les bagages n'ont pas été débarqués par erreur : cela n'est pas le cas.
Le deuxième vol se déroule également sans problème : en échangeant nos places, nous avons même créé un couple de jeunes.
Nos cartons et bagages sont bien là et nous faisons le transfert d'aéroports : nous nous retrouvons près de l'océan pas très éloigné du centre de Buenos-Aires et nous pouvons aller voir les pêcheurs et le monument à la gloire de Mermoz.

   
On s'achète une sorte de crêpes                                               au fond Buenos-Aires   
   
Quel est cet arbre ?                                                                                        Hommage à Mermoz

A notre retour, notre vol est retardé : nous ne sommes pas les seuls car un groupe de 14 auvergnats est dans le même cas!
De retard en retard, le vol est annulé.
Il faut s'enregistrer à nouveau sur le vol de cet après-midi, puis récupérer les bagages avant de les réenregistrer.
Le problème, c'est que nous sommes à 18 heures à l"aéroport de Salta : un peu tard pour remonter les vélos, remplir les sacoches pour rejoindre la ville.
Pas facile de trouver un taxi pour nous prendre avec nos deux cartons et les sacs : nous avons un peu de chance avec un taxi genre kangoo qui amène deux clients et qui allait repartir à vide
L'hostal réservé nous convient parfaitement et je me demande si je ne vais pas sortir des euros de la cagnotte pour le payer : il change l'euro à 7,5 pesos; le taux officiel étant à 6,55 : la recherche de dollars ou d'euros montre bien que l'inflation n'est pas maitrisée en Argentine.

                              retour accueil                     retour voyage Amérique du sud                                 journée suivante