26 décembre : Ciudad Neeily - San Vito
30 km 9,7 km/h

D'accord, ce n'est pas beaucoup mais cele aurait pu être pire.
Mais reprenons cette journée par le début.
Dès la sortie de la ville, on se retrouve sur une route en terre pleine de cailloux et qui se redresse brutalement : la montée va devenir très compliquée. Je m'approche d'une maison pour demander s'il s'agit bien de la route de San Vito : oui, mais c'est l'ancienne et la nouvelle est goudronnée ! OUF !
Le passage sur les cailloux m'a montre que rajouter un peu d'air dans les chambres serait une bonne chose. J'allais ranger la pompe quand une charmante vététiste me demande si je peux lui en mettre un peu .... , de l'air dans ses pneus, bande d'obsédés ce que nous faisons avec plaisir.
Nous prenons enfin le départ et rapidement la route se cabre, pas d'autre mot, et encore un jogger nous prévient que plus haut c'est pire !
Nous progressons pendant 3 km à la vitesse d'escargots en ayant mis tout a gauche enfin pas moi car la chaine du rolhoff ne bouge pas mais je suis content d'avoir un équivalent 22-34.
C'est alors qu'un pick-up s'arrête et propose de nous monter un peu plus haut : devant tant de gentillesse, nous nous forçons à accepter et il va nous faire monter d'environ 4 km mais les plus durs. William est un fabricant de meubles et aujourd'hui il va couper des cèdres "amargo".
Rassurez-vous, il faut encore appuyer fort sur les pédales pour passer le point haut avant de finir par quelques montagnes russes.
La route est en très bon état et très agréable : nous roulons dans un paysage très vert en traversant des hameaux dont nous ne voyons quelquefois que l'école fermée car c'est les grandes vacances jusqu'a la fin-janvier.
San Vito est une petite ville qui s'est formée à partir de 1952 avec l'arrivée de colons italiens dont les descendants sont toujours là.

   
l'ancienne route et la nouvelle
   
une école et sa décoration pédagogique
   
un quartier organisé et une partie du service de nettoyage
   

   
des san severias
   
une autre école et un projet moins ambitieux
   
des platanos, bananes à cuire : on se sert sur le régime                              des cabosses de cacao pour sa consommation personnelle
   
encore des fleurs
   
le bonhomme de neige est faux                                               l'hôpital de San Vito bien coloré
   
le panneau annonce un dos d'âne                                                  compteurs électriques dans la rue
   
la rue principale vu du balcon de l'hôtel

le féminisme au Costa Rica
   
les taxis ici sont rouges et peuvent être des camionnettes                                                                             encore des indigènes
   
l'église est associée a Radio Emaus
   
le cimetière avec vu sur les champs de cafeiers
   
une petite porcion de nachos   et quelques étiquettes : remarquez le taux d'interêt
   
vous avez les prix en colons (1 euro=550 colons) d'une moto, d'un televiseur et d'un refrigerateur

et en prime la conception de l'aventure à vélo pour Jean-Yves en quatre photos



            jour précédent                     retour accueil                      retour amérique centrale                         jour suivant