3 mars : Champoton - Sabancuy
69 km 19,8 km/h

Les caractéristiques de la journée :
- il pleut, pas fort et la température est très agréable
- pas d'intérêt touristique : la mer, les pélicans, la mer, les pélicans .... et parfois une iguane.
- une route droite et plate ( je ne change pas une seule fois de vitesse, je reste sur la 12) mais parfaitement revêtue et avec peu de circulation.

Une journée propice à la révêrie et à la réflexion :
- je m'apercois que je ne compte plus les jours (85 ième ) mais que je les décompte : plus que 35, notez que ce "plus que " ne signifie pas " encore "  mais " seulement " même si cela sera très agréable de revoir mes enfants, petits-enfants, amies et amis
- j'attends avec impatience le retour dans la montagne et quand j'y serai , je penserai que le plat, c'est pas mal
- je refléchis aux co....... que je vais devoir mettre sur le blog pour vous faire sourire ou rire et je crois que Jean-Yves va en faire les frais.

Mais je redeviens sérieux : aujourd'hui, pour la première fois, j'ai eu un coup de gueule avec Jean-Yves. Au bout de 10 km, il me dit " nous devons retourner à l'hôtel car il a oublié de se raser" et tout ça ( Daniele, ne lis pas la phrase suivante, car je suis pour la paix dans les couples ) parce qu'il ne veut pas piquer quand il embrasse les jeunes beautés mexicaines.


le programme du festival international de Champoton est écrit sur le mur

vous avez le choix entre :
la mer était grise, tu l'étais aussi à Trousse-chemise
ou
avec un ciel si bas qu'un " pélican " s'est pendu
mais vous pouvez aussi chercher la ligne d'horizon
   
un peu désespérant                                                                     je passe le cap des 4000 kilomètres



je l'avais dit qu'il y a des pélicans
   
toujours aussi désespérant                                                                              Jean-Yves a mis sa ceinture, mais il roule à gauche pour se rajeunir d'un an sans doute
   
une iguane de temps en temps                                                                     on se croirait sur la plage d'Hokotika
   
Jean-Yves en pamoison mais c'est dur pour se relever
   
l'église de Sabancuy et sur le mur du centre culturel
   
tout ce qu'il faut pour réparer les velos                                                                   Geneviève, australienne, et Michel, québecois en route pour l'Argentine
                                                                                                                        ils sont partis  le 3 septembre du Canada, ont traversé les rocheuses et terminent le                                                                          Mexique
   
l'objet du coup de gueule et des fleurs pour me faire pardonner

 jour précédent           retour accueil            retour amérique centrale            jour suivant