6 mars : Changé - Palenque
62 km 19 km/h

" Il pleut,c'est pas ma faute à moi .... ", une belle chanson de Jacques Brel, moins connue que " ne me quitte pas " ou " les bourgeois " et c'est aussi la réalite du jour.
L'appareil photo est donc à l'abri mais les cyclotouristes, comme chacun sait, sont inoxydables donc on part après avoir attendu en espérant un changement.
Et l'hôtelière nous dit " c'est bon, vous n'aurez pas chaud " : c'est vrai mais il ne fait pas froid non plus donc je pars comme d'habitude avec un tee-shirt.

Je vous le fais comme dans "Le Monde" il y a 20 ans : du texte et pas d'image.
Les singes hurleurs nous saluent dès la sortie de la ville, très bruyants et très visibles, avex des passerelles à disposition pour traverser la route.
Le poste de douane entre l'état du Tabasco et celui du Chiapas est impressionnant, ressemblant a celui entre le Belize et le Mexique : j'en profite pour rappeler que le Mexique est un état federal "Estados Unidos de Mexico ", chaque état ayant un gouvernement et une police en particulier.
Le douanier n'a pas l'intention de contrôler nos bagages mais nous demande d'où nous venons " La France " et il me répond " El frances es el idioma del romantismo " : sans commentaire.

Je vais vous mettre quelques photos intemporelles datant des derniers jours : les camions mexicains que je suis parfois obligé de photographier en panoramique car je n'ai pas le recul suffisant.





oui, c'est très long : heureusement, la bande d'arrêt d'urgence est généralement large.

Pour la photo avec Jean-Yves, vous avez le choix entre :
1- il en a marre et il cherche à se débarasser du vélo pour avoir une excuse pour continuer en bus
2- il étudie la possibilité de réduire son vélo pour le transport en avion
3- il cherche à faire la photo du siècle
Vous aurez la réponse un des prochains jours.

 jour précédent            retour accueil            retour amérique centrale            jour suivant