24 mai : Solenzara - Aullène
83 km et 6 cols
peu de cols mais pas faciles comme le col de Bavella au pied des aiguilles du même nom ou le moins connu bocca di e Croci, qu'il faut aller chercher au bout d'une route qui n'est qu'une sucession de coups de cul. Les cochons en liberté sont légion et accourent dès qu'une voiture arrive.
Le soir, j'apprends que le propriétaire de la chambre d'hôte où je dors est aussi le propriétaire des cochons. Il vient de les monter sur le plateau pour l'été et en automne, il les descendra dans les chataigneraies où ils termineront l'année en mangeant des chataignes et des glands ; ils seront alors transformés par leur propriétaire en charcuterie corse vendue directement et consommée également dans le restaurant de la Maman.
Les paysages sont magnifiques et les cyclos (en particulier des slovènes et des toulousains avec leur logistique, car et remorque), les motards et les automobilistes sont nombreux mais cohabitent sans problèmes.

   





   



   

      
un petit coin sympa pour la baignade                                                  pas la même qualité que les constructions incas
   
les cochons du plateau de Coscione prêts pour manger mon vélo

  journée précédente                              retour accueil                     retour voyage corse                                 journée suivante