15 juin : LEON-BONAR-RIANO-PORTILLO DE LA REINA
Changement de programme : au lieu d'aller directement à Burgos, je vais aller visiter la sierra de les picos d'Europa, un massif montagneux avec, parit-il des paysages superbes. Une recherche sur internet m'a donné un point de chute à Portillo de la reina.
Dès la sortie de Leon, le paysage commence à changer : tout devient plus vert et je retrouve de plus en plus les paysages du Pays basque, mais je m'en approche de plus en plus.

Changement de paysages
La pluie n'est sans doute pas étrangère au changement de couleur et elle ne tarde pas à revenir : elle va m'accompagner plus ou moins forte toute la journée.

La montagne se rapproche
           


Je longe un très grand lac
A Portillo de la Reina, une surprise m'attend : la casa rural Boria est fermée et pourtant la veille, j'avais vu des photos des chambres sur internet.
Deux solutions : monter un col mais ce n'est pas ma route pour demain ou redescendre la vallée sur 10 km et remonter demain. Je choisis la seconde quand je vois un panneau indiquant una casa rural à 500 mètres : et voilà ce soir j'ai un petit appartement pour moi tout seul et on m'amène tout pour le petit déjeuner de demain.
Portillo est un petit village coincé (le mot n'est pas trop fort) entre les montagnes mais je trouve quand même un bar pour souper très convenablement.
J'apprends que le printemps a été très pluvieux après un hiver rigoureux et que la pluie devrait continuer jusqu'à jeudi.

La rivière qui traverse le village et le terrain de foot

                           Portilllo de la reina                                                                               Le balcon et les deux fenêtres à droite sont dans mon appartement

16 juin : PORTILLO DE LA REINA-POSADA DE VALBEON-CANGAS DE ONIS
Je ne me souviens pas qui a dit "Qued'eau, que d'eau" mais cette phrase convient bien pour ma journée.
Cela commence au réveil : j'entends le bruit de l'eau, la rivière? la pluie? Il s'agit de la rivière mais la pluie est bien présente.
Qu'importe, il faut y aller car quelques cols m'attendent. Un fois le premier passé, il me faut descendre de 650 mètres de dénivelé sur une route qui n'est pas très bonne, en étant continuellement en train de freiner et, ce qui n'arrange rien, le froid commence à me faire trembler.
Je m'arrête au premer village, Posada de Valbéon, pour prendre deux cafés et rajouter des couches de vêtements.
Au moment de repartir, un jeune (30 ans environ) remarque les sacoches et engage la conversation. Rapidement, j'apprends qu'il est enseignant et m'emmène à l'école pour parler aux enfants. Aussitôt dit, aussitôt fait et je présente les voyages et leur montre le site car cette petite école, 2 classes et moins de 20 élèves, a plusieurs ordinateurs dans la classe des grands et internet.

Avec les enfants dans la classe des grands
C'est reparti mais la pluie est toujours là et après deux nouveaux cols, je m'arrête pour déjeuner avec un excellent repas pour dix euros, avec en particulierde soupe avec des haricots et des saucisses et je fais un sort à la soupière. Pour la petite histoire, je retrouve mon instit en train de déjeuneravec une collègue.
Pendant le repas, je n'ose plus regarder par la fenêtre car la pluie redouble.
Et à la sortie du restaurant, petit miracle, il ne pleut plus. Du restaurant voisin, sort un couple de cyclos, des anglais, mais qui montent alors que je descends : il me montre une photo prise dans le défilé de Beyos ce matin et je vois que sa femme est à côté du vélo avec de l'eau jusqu'au genoux.
Pas de panique, on verra bien et je peux sortir l'appareil photo.
De l'eau, je vais en voir sortant de partout et parfois tombant en cascade sur la route. Beaucoup de pierres sont sur la route et la rivière Sella est en crue : dans le défilé cela produit un bruit assourdissant.

Dans le défilé de los beyos avec un fontaine sur la route
                 
au-dessus et au dessous, des vues du défilé
                  


Toujours de l'eau partout

l'état de la route et de la rivière Sella

toujours la rivière Sella                                                             je pense qu'il s'agit d'un ancien grenier à céréales

Dans Cangas de onis
Le soir, à Cangas de onis, je verrai les traces de l'inondation du matin mais heureusement que des dégâts matériels, contrairement à Draguignan.
Cangas de onis est dans une région de culture de pommiers et de cidre. J'essaye donc une "cidrerie" : il s'agit de cidre bouché, pétillant et peu sucré. Pour le servir, il faut le verser d'une hauteur de un mètre (il y en a un peu à côté) et ensuite on le boit cul sec pour conserver le gaz (la ration, c'est 4 centimètres dans un verre assez large.

17 juin : CANGAS DE ONIS-PANES-POTES-CERVERA DE PIZUERGA
Avant le départ, je vais voir le niveau du rio Seella et photographier le pont romain  : vous remarquez que son arche est très élevé et je suis sur que le nouveau pont a fait office de barrage quand l'eau est montée.

Pas fous ces romains : l'eau est passée au dessus du muret qui est plus haut que les arches du nouveau pont et remarquez l'arbre coincé à droite
Sinon, ce fut une journée parfaite pour le vélo : du soleil, un temps pas trop chaud, un petit vent souvent favorable, un col de 1250 mètres de dénivelé, des routes tranquilles et des paysages magnifiques.

                            cette route, je la fait en descente                                                                      l'eau sort de la roche

                              Dans le défilé de la Hermida                                                                   ici, on pêche la truite et le saumon

en haut du col et je viens de la vallée au fond sur l'image de droite

en haut du col et un dernier défilé pour terminer la journée
A l'arrivée et après la douche, c'est la traditionnelle visite de la ville (petite ici) et je vous offre un curieux monument ( monument aux morts? cela serait le premier que je vois en Espagne) et un parterre de roses "Louis de Funès".
        
        femme soutenant  un soldat                                                          
PS : il est 20h30 et je rentre dans un bar. Il y a là sept mamies (au moins 70 ans) en train de jouer à un jeu de cartes espagnol où les figurines sont des épées, des masses, des monnaies.

18 juin : CERVERA DE PIZUERGAS-AGUILAR DE CAMPOO-BURGOS
Les descentes des cols dans la sierra de los picos de Europa ont sérieusement entamé mes patins de frein, aussi en passant par Aguilar de campoo, je suis content de trouver un magasin de cycles. Une charmante dame (c'est bien elle le mécano) accepte de les changer et cela me laisse une heure pour visiter la ville.


Les arcades vues de l'extérieur et de l'intérieur

Les balcons vitrés et le loto ambulant
Je passe la journée sur un plateau entre 900 et 1000 mètres avec de bonnes conditions météo donc une journée sans histoires.

Cette église est du 13ième siècle et un paysage verdoyant

Premières photos de Burgos

19 juin : BURGOS
La  visite de la cathédrale de Burgos, la 3ième en taille après Séville et Tolède, est bien sur obligatoire. Je la préfère d'aillleurs à celle de Séville, peut-être parce qu'elle est plus lumineuse, ce qui facilite les photos. A propos de photos, dans les monuments espagnols, la règle n'est pas la même : cela va de l'interdiction totale à aucune restriction, en passant per l'interdiction des flash et des pieds.
Une autre remarque sur les photos : je ne veux pas faire un guide, juste montrer ce qui a attiré mon regard et c'est la raison pou laquelle il n'y a pas toujours une légende.
Pour la petite histoire, j'ai lu en déjeunant un article titré " Domenech l'enterrador" : je pense que cela se passe de traduction.







         

         





         



          



         



         



          


Le Cid qui inspira Corneille                                             Le monastère de las huelgas
         

         

         
extérieur de la cathédrale
         
La cathédrale vu du chateau et les murailles

Des maisons colorées

                    journées précédentes                                                    retour voyage en Espagne                                               journées suivantes