4 juin : CORDOBA-ALMODOVAR DEL RIO- PALMA DEL RIO-PENAFLOR-LA PUEBLA DE LOS INFANTES-CONSTANTINA
Premier arrët  à Almodovar del rio pour visiter un superbe chateau médieval.
   
Le chateau d'Almoovar del rio et le Guadalquivir
   
Après mon repas à Palma del rio, je fais un tour dans la ville et j'ai la chance de pouvoir visiter un ancien couvent renaissance mudéjar, en fin de restauration et qui accueillera bientôt un lycée hôtelier avec quelques chambres. La charmante jeune femme m'explique le fonctionnement "del torno", un dispositif comme dans certaines postes qui permettaient d'échanger avec les soeurs sans les voir : il existe toujours dans certains couvents de "monjas".
La règle de l'ordre était très stricte : pas de contact avec les membres extérieurs, même le curé pour les confessions qui se faisaient à travers une grille dans le mur et entre elles, elles pouvaient parler un quart d'heure par jour : j'en connais quelqu'unes mais aussi quelqu'uns qui auraient du mal à tenir une journée.

   
Dans Palma del rio
   
L'ancien couvent et ma charmante guide devant le "torno"
Après Penaflor, je remonte vers le Nord au sens propre et figuré : fini les plaines autour de Séville et Cordoba.
   
          Ma "maison" pour ce soir                                   un des nombreux vendeurs de billets de loterie          21h45 : les enfants jouent toujours dans les rues
Météo : soleil et chaleur.

5 juin : CONSTANTINA-GUADACANAL -LLERENA-ZAFRA
une belle étape cyclo avec des rencontres avec des cyclos.
En cherchant ma route, je suis invité par trois cyclos à prendre un café : on échange nos impressions sur le vélo en Espagne et en France et j'ai une invitation pour revenir faire du vélo. Je laisse l'adresse du site et nous repartons ensemble pour quelques kilomètres.
   
            Pour sortir de Constantina                                            trois cyclos espagnols                                                des jarres anciennes, semble-il
Après quelques montées et descentes en sortant de Constantina, je roule sur un plateau à environ 600 m d'altitude : des cultures céréalières et de l'élevage avec toujours des oliviers et quelques vignes.
A Guadacanal, la préparation de la procession du soir bat son plein : Marie va faire sa promenade et on décore le village avec des oeillets blanc. On prépare également les chars : l'un est sur roues mais l'autre va être porté à dos d'hommes (plus de 700 kilog).
     
                                                              Dans l'église de Guadalcanal                                                               24 hommes pour porter Marie           
   
          Paysage andalou : le dernier                                         j'espère bien revenir                                                            une route un peu monotone
Mon serveur à midi (enfin 13h30) est aussi un cycliste et nous parlons du voyage : je repars avec un dvd de l'organisation du club cyclo de Llerena.
Je vais pouvoir me promener das Zafra car je n'arrive pas trop tard.
   
Les places grande et petite de jour et de nuit
   
La mariée, les amies de la mariée et le couple en calèche
   
Concerts de la pena dans la rue et dans l'ancienne chapelle

6 juin : ZAFRA-MERIDA
Malgré le peu de kilomètres, je pars à 7 h car la visite de Mérida mérite quelques heures. Il fait presque froid (enfin 20° au moins) et je vais voir de nombreux cyclos, roulant un moment avec l'un d'eux.
Merida est une ville créée par les romains et elle garde, malgré son passage aux mains des wisigoths, des musulmans et des catholiques, de nombreux monuments dont un théatre, un amphithéatre, des ponts, des aqueducs et un cirque le tout en plus ou moins bon état.
Mais j'ai été impressionné par le musée national d'art romain. Un musée qui me réconcilie avec les musées, comme celui de Mexico.
Pour effectuer les fondations, les fouilles permirent de découvrir les restes de maisons, un aqueduc et une nécropole. Tout a été dégagé, laissé en place et une architecture semblable à celle des cryptes romaines a été mise en place pour supporter le musée, avec un éclairage adapté.
Le reste du musée, tout en briques, est fait pour mettre en valeur les oeuvres : il ne s'agit pas d'une accumulation mais une présentation claire et aérée facilitée par la hauteur.
Je ne résiste pas et je vous fais une galerie spéciale avec les photos du musée.

   

   

   

   

7 juin : MERIDA-CACERES
Une petite étape sur un très bonne route pour atteindre Caceres encore une petite ville avec plein d'étoiles au guide vert et un vieux quartier historique.
Plusieurs rencontres : un cyclo de Belleville (Paris) qui effectue un Paris-Gibraltar, un anglais avec un triporteur qui pèse avec les bagages 60kg et bien sur, les pèlerins sur le chemin de Compostelle qui part de Séville ( la ruta de la Plata) car le chemin suit le tracé de la route et l'emprunte très souvent.
Naturellement, il y a aussi les cigognes qui sont très nombreuses en Extremadura et la ville de Caceres, en plus de nombreux spécimens, a une maison dans son quartier historique qui s'appelle "la casa de las cigüeñas" (génial, je viens de découvrir le tilda).

                    J'ai un peu subventionné mon hostal                                                                                  Un château datant de la reconquête

                                                                                             Dans le quartier historique de Caceres


     
Quelques icônes de l'exposition
   



8 juin : CACERES-CORIA
Aujourd'hui est un jour de grève en Espagne et en partant à 7h, je croise de nombreux porteurs de drapeaux des syndicats : je ne peux m'empêcher de lancer "unido, el pueblo nunca sera vencido" et j'obtiens un joli succès et les applaudissements (au pays des corridas, je devrais dire la queue et une oreille et pour ceux qui ne connaissent pas leurs classiques je traduis " uni, le peuple ne sera jamais vaincu", mais en général, il paye les pots cassés).
Depuis plusieurs jours, je roule sur la nationale 630 et c'est génial car elle est parallèle à une autoroute gratuite sur laquelle se porte toute la circulation.

          Un des symboles de l'Espagne                                                                                              Un peu isolée cette maison
A propos de routes, toutes celles que j'ai empruntées de la nationale à la plus petite sont en excellent état avec en règle générale, une bande de 1,3 m de large à droite qui est souvent propre et en plus les automobilistes espagnols sont très courtois avec les "bicis".
Par contre, le principe de précaution existe aussi en Espagne et ils doivent acheter les panneaux au prix de gros car ils n'en sont pas avares.Pas avares non plus, avec les barrières métalliques qu'ils utilisent à profusion et parfois cela frise le ridicule.


                                                                                                   Le pont avant et après

      Pas très long le tunnel et j'ai allumé ma lampe pour respecter le panneau                              120 mètres entre l'interdiction et la fin

Coria prépare les fêtes de la San Juan du 24 au 28 juin et bien sur il y a les toros mais pas dans une corrida classique. Chaque toro est laché dans une partie de la ville et tout le monde peut aller le provoquer : au bout de trois heures le toro est abattu. Il y a dans chaque quartier un taureau le matin, un l'après-midi et un la nuit. Naturellement, il faut installer des barrières pour délimiter les espaces et les riverains renforcent leurs portes (j'ai discuté avec un de ces riverains qui n'est pas particulièrement heureux mais qui respacte la tradition).
A part cela, Coria est une petite ville avec ses remparts romains et sa cathédrale qui date du 15ième siècle avec la reconquête. Je devrais co-cathédrale car Coria et Caceres se partagent le siège du même diocèse.

Une rencontre imprévue : le maitre a enlevé la coiffe qui lui cache les yeux pour la photo

La Cathédrale et quelques détails de sa décoration



Etat de siège

                      Journées précédentes                                                                      retour voyage en Espagne                                                 Journées suivantes