18 avril : Albota de Jos - frontière Moldavie Ukraine - Tatarbunary

Nous devons encore parcourir 40 km dans cette Moldavie bien accueillante.







Nous n'avons fait que traverser des villages dans une région plutôt agricole et j'aimerai bien découvrir le reste du pays.



Seule information économique : l'essence côute entre 7O et 80 centimes d'euro et un instituteur gagne 110 euros.

Une grosse étape avec un passage de frontière : de quoi craindre le pire et ce n'est pas très éloigné de la vérité.
Le départ se fait se fait, toujours accompagné de la voiture de police et sur des routes tranquilles ondulantes bordées comme depuis plusieurs jours par des noyers.
Là aussi, les villages sont colorés et les travaux de peinture et de nettoyage vont bon train, souvent accomplis de façon collective.
A noter que depuis la Moldavie, les chiens à demi sauvages ont pratiquement disparu.
Le passage à la frontière nous prend " que " 3 heures, car on passe par paquet de 5 : on donne les passeports et on attend un certain temps.
On en profite pour piquer-niquer entre les deux frontières et le vin moldave accompagne très bien le sandwich pâté.
Ensuite, on essaye de rouler bon train mais toujours avec une voiture de police qui nous regroupe de temps en temps : beaucoup de temps perdu.
Nous sommes entrés dans de grandes plaines céréalières : nous longeons parfois le même champ pendant des dizaines de kilomètres et nous ne voyons pas l'extrémité.

Nous sommes en Ukraine : remarquez les tracteurs travaillant en parallèle

Enfin, avec l'éclairage, nous arrivons vers 21 heures locales au collège qui nous accueille pour la nuit.
Les dortoirs se feront dans la salle de gymnastique ou dans les couloirs, il n'ya pas de douches, en cherchant bien on trouve trois lavabos et les Wc sont au fond de la cour ( il suffit de suivre l'odeur de l'amoniaque : je ne met pas de photo en ligne pour ne pas choquer)
Nous testons pour le soir des plats rachetés suite au Paris-Dakar annulé : cela passe très bien.
Il est près de minuit quand nous nous endormons malgré le bruit d'un 747 au décollage émis par une date devant peser 45 kilogs toute mouillée ( je ne citerai pas de nom).

Message personnel aux filles de Jean-François :
Je ne peux pas vous remercier directement pour vos appréciations élogieuses car votre papa, sans doute jaloux, ne veut pas ma communiquer vos adresses mail .


17 avril ROUMANIE MOLDAVIE                       retour Paris-Pékin                          19 avril UKRAINE