accueil Qui suis-je ? Paris-Pékin 2008 Mon club Mes vélos Mes voyages Paris-Brest-Paris Mon tour de la France Mes collections Mes recettes

Nouvelles brèves par SMS Le récit du voyage au jour le jour
cette page sera mise à jour chaque fois que ce sera possible à partir du 13 mars
France
13 au 21 mars


Allemagne
21 au 28 mars


Autriche
28 mars au 1 avril


Hongrie
1 au 4 avril


Serbie
4 au 10 avril


Roumanie
10 au 17 avril


Moldavie
17 et 18 avril


Ukraine
18 au 27 avril


Russie
27 avril au 10 mai


Kazakhstan
10 mai au 1 juin


Kirghizistan
1  au 12 juin


Kazakhstan
12  au 16 juin


Chine
16 juin au 3 août






16 juin : Jarkent-frontière
Et voilà, aujourd'hui nous passons en Chine, dernier pays de notre périple : au départ de Paris, cela paraissait bien loin mais le temps a passé vite même si il reste encore environ 4000 km.
Notre regroupement est prévu à un kilomètre de la frontière pour passer en "force" avec nos véhicules.
Pendant l'arrêt, je découvre quatre abris individuels avec les meurtrières dirigées vers la Chine : sans doute les restes d'une ligne "Maginot" du temps des périodes froides entre les deux colosses communistes.

 
Ils n'ont sans doute pas servis
Contrairement aux autres postes frontières, celui d'aujourd'hui est très important et dès notre approche, nous voyons de nombreux camions en attente dans une file et sur les parkings.
Il s'agit également d'une vrai frontière avec une double rangée de grillage qui s'étend jusqu'à l'horizon.
Pour sortir du Kazakstan, nous devons passer avec nos vélos dans un grand bâtiment et les formalités sont assez rapides : nous avons alors le droit de nous diriger vers la Chine par groupe de 20.
Au revoir le Kazakstan, un pays qui me laisse quelques beaux souvenirs.

 
Deux aspects du Kazakstan : il suffit de traverser la route

15 juin : repos à Jarkent
Au petit déjeuner, les dernières nouvelles sont arrivées : nos sept véhicules vont finalement franchir la frontière pour nous accompagner en Chine.
Par contre, leur passage peut durer trois jours pendant lesquels nous devront être autonomes pour les bagages : cela ne me gêne pas car j'ai ma tenue civile, des affaires de vélo de rechange, ma trousse de toilette, ma cape et un maillot à manches longues depuis le début dans les sacoches.
Par contre, je n'aurai pas l'ordinateur pour décharger mon appareil photo et préparer mon compte-rendu mais cela ne devrait pas être trop grave.
La journée de repos se passe tranquillement : quelques courses dans le souk, un passage chez le coiffeur et une balade dans cette petite ville qui sera sur le passage du pipe-line Kazakstan-Chine.
Journée suivante
14 juin : Shonji-Jarkent
Une étape de transition toute plate avec une végétation d'arbustes, donc moins sec que la veille, sauf sur la fin où nous traversons ce qui ressemble un peu à une forêt et c'est la première fois depuis longtemps.

 
Avec un ou trois ânes, les charettes sont toujours là
 
Et soudain, un fleuve ....                                Pique-nique
 
Nicole et Jean-Pierre s'imaginent déjà en Chine, avec Xu Dong                                                    Dans la forêt

L'approche de la Chine est visible dans les produits que l'on trouve dans les boutiques mais aussi dans le peloton : nous allons entrer dans le dernier pays de notre voyage, cela sent un peu la fin même s'il reste encore près de 4000 km.
Journée suivante
13 juin : Kegen-Shonji
Nous devons descendre de 1100 mètres mais nous commençons par monter pour passer un col qui est à plus de 2000 mètres.
Ce col franchi le paysage change complètement : tout devient plus sec sauf autour du ruisseau et pourtant nous voyons encore des troupeaux de brebis.

 
Des chevaux, des poteaux, de l'eau : le Kazakhstan                                       Un cavalier nous surveille
 
Les meneurs du troupeau                                                nous surveillons  nos camions
 
Dans la descente............bien sec!!!

Pour terminer l'étape, nous roulons sur un plateau quasi-désertique : imaginez la Beauce avec la végétation des coins les plus secs de la Drôme et au milieu un seul arbre.
Ce soir, nous dormons dans une école d'un gros village. Nous devions y prendre une journée de repos mais heureusement, c'est décalé d'un jour, sinon bonjour l'ennui.

 
Une oasis                                      Un arbre en 30 kilomètres
 
La ligne bleue avant le ciel n'est pas de l'eau mais un mirage                                                  Au centre du village

Encore une péripétie avec nos camions : le daily porte-bagages a son radiateur crevé et doit donc être remorqué par un gros camion jusqu'à Jarkent. En haut du col, le crochet d'attelage s'arrache et cela nécessite un accrochage de fortune qui heureusement se révèlera plus efficace.
Journée suivante
 12 juin : frontière-Kegen
Le passage de la frontière s'est effectué par groupe de 5 mais chaque groupe nécessitant une dizaine de minutes, cela nous fait un total d'environ 3 heures.
La piste continue et devient très caillouteuse : nous aurons une douzaine de kilomètres à parcourir ainsi avec un vent qui devient défavorable et très fort.

 
Le paysage est plus agréable que la piste

Nous éviterons de justesse la pluie dans un paysage qui n'est déjà plus aussi verdoyant bien que nous restons au dessus de 1800 mètres.
Les nouvelles pour notre passage en Chine commencent à arriver et ne sont pas complètement satisfaisantes. Les autorités chinoises ne veulent pas que nos véhicules circulent en Chine ( question d'immatriculation, de permis de conduire, on ne sait pas très bien) et veulent fournir des véhicules avec chauffeurs chinois.
Conséquences :
1-cela sera insuffisant pour emmener tout le matériel : il faudra donc se restreindre.
2-il faut trouver un lieu sur pour laisser les camions et le matériel non utilisé à Jarkent.
3-il va falloir faire des navettes pour transporter les bagages et le matériel le dimanche 15.
4-les vélos reviendront en container par voie maritine.
Journée suivante

début de page