Quelques photos de Paris-Brest-Paris 2007
réalisées par Patrice
et quelques anonymes
arrivée 600 à Morières

à l'arrivée du 600 km
avant le dernier repas
au départ, avant le dernier repas
françois, patrick et rené au départ

dans l'attente de la corne ......
au départ

toujours dans l'attente .....
premier repas

L'un des treize repas
mael-carhaix

petit-déjeuner à Maël-Carhaix
brest

Sur le pont Albert Louppe, Brest au fond
dormeur

Troisième nuit, on dort comme on peut ....
dans la nuit

Troisième nuit, c'est la Bérézina
arrivée

à l'arrivée, devant le gymnase
dernier pointage

après le dernier contrôle, Paris-Brest est fini

La vraie question sur Paris-Brest-Paris est celle-ci : quand débute-t-il ?

  • Le 20 août à 22 heures, quand résonne la corne libérant les concurrents ?
  • Le 19 août à 16 heures, au contrôle des vélos ?
  • Le 13 mai à 14h35, à l’arrivée du brevet de 600km ?
  • Le 17 mars à 7h30, au départ du brevet de 200km ?
  • Le 1er janvier, quand on décide de préparer les brevets ?

Pour moi, ce Paris-Brest 2007 a commencé le 22 août 2003 à 4h34 du matin, à l’arrivée de celui de 2003 et donc le prochain a déjà commencé.

J’en vois déjà certains qui vont me traiter de masochiste : bien sur que Paris-Brest est dur et nécessite une bonne préparation, mais cela reste un grand plaisir si on gère convenablement l’alimentation et le sommeil.
Quelques chiffres : en 85 heures, nous avons pris 13 repas pendant le trajet ( il faut ajouter un repas juste avant le départ et celui pris à l’arrivée ) et nous avons passé 10 heures sur un matelas en trois fois.
Par contre, l’ambiance reste la même, bien que sous la pluie les échanges deviennent plus difficiles et l’attention doit se concentrer sur les pièges de la route.

Passer dans la nuit au contrôle de MORTAGNE est toujours un grand spectacle.
A quatre heures du matin, le ballet entre ceux qui redémarrent, après quatre heures de sommeil, et ceux qui arrivent rejoint le grandiose. 

Bien sur, c’est un peu Waterloo ( pour les français et pas pour les anglais ) : les cyclos et leurs montures gisent de tous côtés, en ordre dispersé, mais la majorité d’entre eux se relèveront et termineront leur Paris-Brest dans les délais.
Attention, plus vous attendez pour vous lancer dans l’aventure, plus il vous faudra être polyglotte car cette année, 42 pays étaient représentés dans les inscrits, dont 3023 étrangers pour 2298 français. 

N’oubliez pas que si 2011 vous paraît trop loin, vous pouvez faire Londres-Edimbourg-Londres ( 1400 km en 118 heures ) dans le cadre des randonneurs mondiaux en 2009.


A propos de ce Paris-Brest 2007, je ne résiste pas à l’idée de vous conter cette anecdote ( rien que d’y penser, j’en ris d’avance).
Il est trois heures du matin  et nous revenons doucement sur quatre cyclos qui s’avèrent être des japonais.
L’un des quatre sort de sa poche une plaquette et donne un « comprimé » à chacun de ses compagnons, puis se porte en tête du groupe. Un des quatre, puis le deuxième et le troisième « sautent » et nous bouchons le trou, le dernier continuant sur sa lancée.Quelle surprise quand en se retournant au bout de deux-trois kilomètres, il se retrouve avec quatre visages pâles dans la roue !!

Bon d’accord ce n’est pas une attitude très « cyclo » mais  la fatigue, le sommeil et la non-possibilité de communiquer sont un peu responsables de cet état de fait.

 Paris-Brest 2003            retour accueil              retour page Paris-Brest              Paris-Brest 2011