accueil Qui suis-je ? Paris-Pékin 2008 Mon club Mes vélos Mes voyages Paris-Brest-Paris Mon tour de la France Mes collections Mes recettes

Nouvelles brèves par SMS Le récit du voyage au jour le jour
cette page sera mise à jour chaque fois que ce sera possible à partir du 13 mars
France
13 au 21 mars


Allemagne
21 au 28 mars


Autriche
28 mars au 1 avril


Hongrie
1 au 4 avril


Serbie
4 au 10 avril


Roumanie
10 au 17 avril


Moldavie
17 et 18 avril


Ukraine
18 au 27 avril


Russie
27 avril au 10 mai


Kazakhstan
10 mai au 1 juin


Kirghizistan
1  au 12 juin


Kazakhstan
12  au 16 juin


Chine
16 juin au 3 août

10 avril : Golubac-frontière Serbo roumaine
Mieux ne valait pas arriver dans les derniers au petit déjeuner, comme moi : Attila semblait être passé par là et le buffet ne laissait guère de choix saucisse ou saucisse et un peu de pain en récupérant sur les tables.
Une journée magnifique le long du Danube ou dans les collines le dominant.
La vallée devient plus encaissée et il faut passer par 23 tunnels dont la longueur varie entre 80 et 286 mètres et certains en courbe.

 
A travers les tunnels

Le paysage est très verdoyant et on voit beaucoup de très petites fermes.
Le foin est stocké autour d'un poteau formant de petites meules.

 
Petit hameau et les meules de foin


 
On promène les chèvres                                 Paysan roumain

A 11 heures, nous arrêtons à Milanovac pour récupérer nos passeports, manger, mais surtout recevoir un magnifique accueil.
Un groupe folklorique d'enfants nous fait une démonstration et ensuite nous sommes assaillis par les enfants de écoles qui nous demandent des autographes : nous jouons les vedettes avec bonne grâce et je dessine des petites cartes de France pour situer Paris et Aix-en-Provence.
 
Démonstraton de danses folkloriques

 
Distribution d'autographes

L'aprés-midi est aussi agréable toujous avec le Danube comme compagnon et qui fait la frontière avec la Roumanie.
 

 
Adieu Serbie dont nous retiendrons quelques belles régions et l'accueil de la population en particulier ces deux derniers jours.

9 avril : Pozarevac-Golubac
Une étape bien plus agréable qu'hier dans un paysage verdoyant.
Après une vingtaine de kilomètres, nous faisons un arrêt touristique pour visiter des ruines romaines. Il s'agisssait d'une colonie romaine d'environ trente mlle personnes, mlitaires et civils. Nous observons les termes et une grande maison.
Ensuite, nous rejoignons le Danube par de petites routes tranquilles pour rejoindre Golubac, petite ville de trois milles habitants.
Nous sommes dans un hôtel au bord du Danube et au centre si on peut appeler cela un centre. Nous sommes accueillis avec un verre d'alcool local et un marceau de gateau à tremper dans le sel.
Lorsque je photagraphie l'église, une "mémée" sort de sa maison et m'indique, par gestes, que je peux faire le tour pour aller visiter.
Je rencontre la femme du prêtre orthodoxe qui accepte de m'ouvrir et à l'intérieur je constate que tout est décoré de fresques murales : à noter qu'il s'agit d'une église récente.
Avant le souper, une petite réception est organisée avec le maire  mais également un groupe de jeunes danseurs : ils ont un franc succès.

8 avril : Belgrade-Pozarevac

 
 L'hôtel SRBIJA à Belgrade                                 Dans les rues de Belgrade

On annonce un changement d'itinéraire proposé par les cyclos de Belgrade, parait-il?
On n'a pas gagné au change car on prend des routes importantes avec une grosse circulation de camions et des paysages quelconques et la police est souvent là pour nous canaliser.
On traverse quelques villages qui sont à des années lumières de Belgrade et on voit des paysans travailler à la main leur champ, pas le jardin.
 
Petites boutiques que l'on voit partout

 
Passage du train : à droite notez le tas de pommes de terre

Ce soir, on dort dans une petite ville de Province, un peu sinistré car de nombreux magasins sont fermés.
 
Vues de Prozarevac

 
Les voitures hippomobiles sont encore présentes : ici à Prozarevac

A noter : la société générale et le crédit agricole sont bien présents en Serbie.
Avec Michel Boog, nous tentons une expérience : aller chez le coiffeur, la coiffeuse devrais-je dire. C'est  assez rustique, le peignoir a au moins trente ans mais avec le café offert cela nous coùte 250 dinars par tête soit  trois euros et douze centimes au taux de change.
 
Michel et François chez la coiffeuse à Pozarevac

L'hôtel est aussi plus rustique et je vous raconterai la nourriture demain.


Même à Provarezac, le français est la langue de l'Amour

7 avril : Belgrade
Journée de repos avec un soleil magnifique. Nous visitons superficiellement la ville en marchant beaucoup. Quelques belles vues mais la ville n'est pas trop dépayisante : elle ressemble à beaucoup d'autres mais on y trouve beaucoup d'espaces verts et les tramways et autobus, très nombreux, ont des couleurs variées.

 
Les statues de l'époque antérieure sont toujours là


La Basilique en construction ou rénovation à l'intérieur ?

 
Monument de remerciement devant le chateau

 
Le quartier "bohémien" comparé à Montmartre

 
Serge                                                          Michel


14 heures : nous attendons la réception à la mairie de Belgrade et henri va sans doute nous présenter comme à son habitude : " des gens ordinaires qui réalisent quelquechose d'extraordinaire, des sportifs qui veulent montrer que le sport ce n'est pas seulement le dopage, l'argent et le vedettariat ".
15 heures 30 : j'avais raison pour le discours et la réception était sympa avec l'ambassadeur de France, l'attaché culturel de Chine et les autorités de Belgrade.
Sur le site du cyclo de Belgrade ( voir le 6 avril ), vous trouverez des photos prises hier.

6 avril : Novi-Sad-Belgrade
Un gros remerciement à deux de nos accompagnatrices Odette et Brigitte qui s'occupent de nous avec beaucoup d'attention.


Gabriel reçoit son pique-nique de nos deux mères poules Odette et Brigitte

On sort de Novi Sad par une route complètement différente de celle de la veille : elle s'éléve au milieu de collines et nous avons même une superbe montée d'environ cinq km.

 
Il existe encore de petits troupeaux                   La patite maison dans la colline

Les arbres sont complètement en fleurs.
Nous sommes aidés par la police serbe et dans chaque village les carrefours sont protégés : cela tient sans doute d'une volonté, venant de plus haut, que tout se passe pour le mieux.
Et ce qui est plus positif encore, c'est les gens qui nous font des signes d'encouragement, voire nous applaudissent et on entend même des "bravos" et "bon voyage".

 
Sortie de Novi Sad, le Danube au fond                         traversée de village typique

 
La traversée continue                            La boutique de plastiques est ouverte le dimanche

Nous sommes bientôt rejoints par des cyclotouristes venus de Belgrade à notre rencontre : nous pouvons échanger en anglais et j'ai la chance d'en rencontrer un qui parle français très correctement.
Il nous suit depuis le début
sur internet et il est enthousiasme : il nous raconte qu'il a demandé à un cyclo s'il pouvait le toucher pour réaliser en partie son rêve et nous échangeons les adresses de nos sites ( www.bajkoni.fotopic.net ).
Toujours escortés, nous traversons une partie de Belgrade sans problèmes et nous logeons dans un hôtel de 18 étages.
La  météo est tout à fait acceptable : pas de précipation et une température de 14°.
Petite remaque : beaucoup d'activité dans les travaux publcis même le dimanche.

5
avril : Subodica-Novi Sad
Cent kilomètres, dix mètres de dénivelé, trois virages, deux ponts, de la terre noire, des champs immenses et de la pluie : une journée tranquille.
 
Notre horizon pour la journée                          Eglise dans un village

Les Serbes sont très accueillants et nous saluent au passage ou nous klaxonnent gentiment.
Tout est donc pour le mieux.
Nous sommes encore logés dans un hôtel confortable et nous sommes reçus à la mairie par l'adjoint à la culture.
 
Hôtel de ville de Novi Sad                           De l'autre côté de la place

4 avril :
frontière Hongrie-Serbie- Subodica
Nous sommes accueillis en Serbie par un représentant de l'ambassade, trois jeunes cyclistes et une voiture de police.
Nous terminons les 12 derniers kilomètres en peloton et nous avons d'excellentes réactions des gens qui nous regardent passer.
Nos camions ont été retardés à la frontière, contrairement à nous et nos accompagnants n'ont pas encore fait la répartition des chambres : un peu d'attente avant de rejoindre notre hôtel plus que correct, presque luxueux.








début de page